Chiron, l’enseignant-guérisseur

Sage et bienveillant, il possède la connaissance des arts, de la médecine, de la musique, de l’astronomie, de la chasse et de la guerre. Il guide et entraîne les grands héros de la mythologie ; Jason, Asclépios, Actéon, Méléagre, Castor et Pollux, Nestor, Achille, Ulysse et Héraclès.

Chiron est le fils de Chronos qui s’est transformé en étalon pour échapper à son épouse Rhéa afin de rejoindre sa maîtresse Philyra, mère de Chiron. Elle voit en lui un monstre et l’abandonne sur le Mont Pélion. Il a donc vécu l’abandon de ses parents. Cela symbolise le besoin de couper avec les racines familiales afin de grandir en conscience. Développer la capacité de faire ses propres choix, libre de la pression du passé sans en rejeter l’héritage.

Il est immortel mais malencontreusement, il reçoit une flèche empoisonnée décochée par Heraclès. Sa souffrance est atroce. Zeus accepte finalement sa catastérisation dans la constellation du Centaure. Mais on connait une autre version de sa mort plus conforme à sa sagesse. Etant le seul centaure à posséder l’immortalité, par lassitude de la vie, il décida d’y renoncer. Prométhée lui offrit alors d’assumer à sa place sa part d’éternité qui ne pouvait se perdre.

Astronomiquement, Chiron se trouve entre Saturne et Uranus. Son orbite passe successivement entre celle de ces deux grands astres. Symboliquement, il nous permet de spiritualiser la matière et de matérialisé l’esprit.

D’après C. Castanier, le mi- point entre Uranus et Saturne symbolise la blessure inconsciente, c’est la porte invisible. Nous avons souvent tendance à minimiser son importance. Il subsiste une douleur d’injustice. Un besoin de se sentir irréprochable, incontestable et même immortel dans la maison où se situe la porte invisible. Au mi-point complémentaire entre Saturne et Uranus se trouve la porte visible. C’est la voie de la guérison. A cet endroit, nous pouvons nous reconnecter à notre condition d’humain mortel et cesser d’attendre un retour ou une reconnaissance de notre douleur par le monde extérieur. Pour passer de la porte invisible à la porte visible, il faut passer par Chiron dans votre thème.

Je rappelle que le mi- point se calcule dans le sens du zodiaque, en partant de la planète la plus lente en allant vers la planète la plus rapide. Le point opposé est considéré comme complémentaire.

Le retour de Chiron vers l’âge de 50 ans, permet de revenir à cette simplicité d’être. L’opposition d’Uranus à sa position natal étant passée, nous devenons moins enclin à l’individualité, à la volonté de montrer sa marque, d’être original ou génial. La place est laissée à la transmission et à enseigner aux autres la façon dont on a soi-même guéri ses propres blessures.

Quelques exemples en signes et en maisons :

Maison III : Difficulté à croire ses propres idées, obsédé par le besoin de comprendre, blessure lié à la prise de parole en public, souffrance provenant d’une relation dans la fratrie ou la perte dans la fratrie. Guérison par la parole, les mots et l’écriture.

Maison VII : Croyance que les relations sont dangereuses ou ont vécu des relations difficiles dont ils ont de la peine à échapper, préfèrent se maintenir dans l’isolement. Ils recherchent néanmoins un guide, un enseignant qui leur montre la voie. L’autre est un bon moyen de se voir tel que l’on est, il nous permet d’arrêter de nous raconter des histoires à propos de nous-même. Guérison par un rôle de conciliateur, de médiateur dans les conflits parfois violent. Oser faire face.

En Poissons : Rejette le besoin de se sentir relié à plus que sa petite personne. Besoin de rester en Vierge, sur la défensive. Ils peuvent aussi avoir besoin de fuir le monde pour ne plus ressentir la souffrance. Ils passent du rôle de sauveur à celui de victime et pensent que la guérison passe nécessairement par la douleur et la souffrance. Possibilité de faire preuve de grande compassion. Guérison en développant une vision inclusive du monde et veiller à sortir de la relation victime-sauveur.

En Taureau : Blessure liée à l’inertie, la difficulté de concrétiser. Le sentiment d’avoir besoin de posséder et la dépendance affective peuvent être le centre d’attention du natif. Relation avec la nourriture (excès/manque). Guérison : Prendre ancrage dans le réel, faire confiance à l’abondance de la nature et observer sa relation aux possessions.

Sources : « Chiron la blessure qui éveille, Renée Lebeuf, édition Christian Feuillette  » « Chiron et l’axe des portes, Catherine Castanier, édition du Rocher » « Le Ciel, Eratosthène, édition du NiL